Anton EBERL (1765-1807) Sonate en ré mineur opus 14 pour pianoforte et violon (1801)

17.00 

Partition violon & pianoforte de 40 pages
Partie séparée de violon
Notice sur Anton Eberl
Édition de travail pour pianoforte viennois (doigtés, pédales, etc….) par Pierre Bouyer.

UGS : abdm-p3 Catégorie : Étiquettes : , , ,

Anton Eberl fut sans doute un élève de Mozart, mais à coup sûr l’un des jeunes musiciens les plus proches de lui, à tel point que pendant près d’un siècle, certaines de ses oeuvres furent attribuées au Maître, sans que celui-ci ne fasse rien pour rétablir la vérité! Après la mort de Mozart, il resta l’un des gardiens et des défenseurs de son oeuvre – mais, par ailleurs, il devint l’un des compositeurs les plus appréciés du public et des critiques viennois qui, en plusieurs occasions, le préféraient même à Beethoven… Nous n’irons sans doute pas jusque là, mais voici une “Grande Sonate” noble, vigoureuse, intéressante, équilibrée entre les deux instruments. L’oubli dans lequel est tombé Eberl après une si grande gloire de son vivant tient sans doute au fait que, du fait de sa mort prématurée, toute la lumière de la renommée a été captée par Beethoven, qui a vécu 20 ans de plus que lui et a produit dans cette période l’essentiel de ses chefs d’oeuvre.

Anton EBERL, partitions, Sonate en ré mineur opus 14 pour pianoforte et violon (1801)